07/06/2014

Une expérience de bénévolat à Ashalayam, Lucknow: Mathilde

 

10264311_10202387932393694_238090479297819135_n.jpg

  1. Pourquoi avoir choisi un bénévolat auprès d'Ashalayam Lucknow?

 

Étant en 3eme année de Licence LEA (Langues Étrangères Appliquées), je devais faire un stage de deux mois, dans les domaines de la communication et si possible à l’étranger. C'est alors que j'ai pensé à Ashalayam. J'avais entendu parler de cette ONG par le biais d'ASA, il y a 5 ans, et j’étais très intéressée par l'humanitaire. J'ai alors contacté Christina, qui m'a proposé de faire mon stage au sein du foyer d'Ashalayam à Lucknow pour plusieurs raisons. La première est que le foyer de Lucknow est un foyer récent qui date de 2007, et qui est donc une petite structure (un directeur, 4 staff et 60 enfants). Il n'y avait encore jamais eu de "stagiaire bénévole" pour aider sur la communication et la visibilité de la structure, d’où la proposition de Christina.

Ce foyer accueille également trois jeunes en situation de handicap. Or j'ai travaillé pendant 6 mois dans un FAM (foyer d'accueil médicalisé) avec un public en situation de handicap mental. Souhaitant devenir éducatrice spécialisée plus tard, ce stage était idéal pour moi, regroupant a la fois la communication en anglais et en français, et le relationnel avec des enfants.

1690459_10202482114908198_8273756274105585084_n.jpg

 

  1. Quelles étaient tes tâches au quotidien?

 

Mes missions étaient surtout d'aider Father Swanoop dans le domaine de la communication.

10305980_10202521320008301_3813902585194783668_n.jpg

 

Je l'ai aidé à développer le blog du foyer, à rédiger des rapports sur les différents projets, et à rédiger des demandes de dons. J'ai également réalisé un guide pour les futurs bénévoles qui se rendront a Ashalayam Lucknow, et un profil de foyer qui décrit la vie et l'organisation du foyer.      

J'ai ensuite à la demande de Father Swanoop donné un cours d'anglais tous les matins pendant une semaine, avant mon depart, aux enfants qui ne sont pas scolarisés, et a ceux qui sont dans les classes équivalentes a l'école primaire.

10372080_10202633049441467_5392832950316069237_n.jpg

 

Father Swanoop est un directeur très souriant, généreux et "friendly". Il me disait régulièrement de ne travailler que le 

matin et de passer l’après-midi avec les enfants (qui étaient en vacances)!

J'ai donc passe énormément de temps avec les enfants, je les aidais pour leurs devoirs (en anglais, en écriture de l'alphabet pour les plus petits, et en maths), je donnais régulièrement un coup de main dans la cuisine, et je jouais avec eux tous les jours: balle au prisonnier, football, volley-ball... 

1530330_10202521297047727_4859660315145143331_n.jpg

 

 

 

 

 

  1. As-tu ressenti un décalage culturel?

 

Pas de "choc culturel" pour moi, ou en tous cas, rien de trop prononcé! La nourriture est différente, souvent un peu epicée, mais on se régale!

J'ai parfois ressenti un décalage culturel dans les différences et les rapports hommes/femmes. J'ai remarque par exemple que les indiennes (et même les indiens) ne montrent pas leurs épaules et genoux (attention donc à la tenue vestimentaire!). Lucknow n’étant pas une ville touristique, les gens ne sont pas habitués à voir des occidentaux, difficile donc de sortir seule du foyer, et toutes les fois où je sortais dans la ville, j’étais donc accompagnée.

La religion est aussi très présente au foyer de Lucknow, et fait partie de la vie quotidienne. Je suis personnellement athée, mais j'ai fait le choix de participer à tous les temps spirituels et religieux: la méditation et la prière du matin, les prières du soirs... Les enfants m'ont même appris quelques prières en Hindi! À Ashalayam, c'est mieux quand les bénévoles, même s'ils ne sont pas chrétiens, partagent ces moments là, pour montrer aux enfants qu'ils respectent cet aspect là de leur vie.

  

10346047_10202534085287425_4739525622180248198_n.jpg   10339572_10202590531258539_1256128984326247707_n.jpg

 

  1. Les enfants ont souvent un parcours difficile, parvenais tu à communiquer avec eux?

 

Avec la majorité des enfants, pas de problème de communication. Avec les plus petits, quand ils ne parlent que quelques mots d'anglais, la communication est beaucoup passée par d'autres moyens, tels que le jeu par exemple. 10176227_10202353674617271_1583259253705308516_n.jpg

Certains des jeunes parlent assez bien anglais pour pouvoir communiquer, et m'ont aussi appris pas mal de mots & phrases en Hindi. Mais forcément, ça reste des conversations assez superficielles. Ce n'est pas à moi qu'ils se confiaient ou se livraient quand ils avaient besoin de partager, déjà parce que je suis restée un peu moins de deux mois, mais aussi à cause de la barrière de la langue.

Certains d'entre eux étaient par contre en demande d'affection, ce qui a été assez difficile à gérer. D'un coté, ils n'ont pas grandi avec l'amour et l'affection d'une famille, et c'est donc tout naturel qu'ils aient un besoin d'affection. J'étais donc proche d'eux, notamment des plus jeunes, qui sont pour certains très "câlins". Mais d'un autre coté, il faut arriver aussi à garder une distance, à ne pas être trop proche d'eux, pour les protéger, et pour ne pas qu'ils s'attachent trop. L'attachement peut les affecter après le départ du/de la bénévole, mais également pendant sa présence au foyer: certains enfants passaient beaucoup de temps avec moi, et s'isolaient du coup du reste du groupe et de leurs copains.

C'est naturel de s'attacher à ces enfants, mais il faut garder en tête qu'on n'est là que pour quelques semaines.

 

  1. Quels conseils peux-tu donner aux personnes qui souhaiteraient faire un bénévolat à Ashalayam Lucknow?

     

Je pense que c'est une très belle expérience que je recommande ! J'ai personnellement déjà hâte d'y retourner l’année prochaine ! Je pense que pour un bénévolat au foyer de Lucknow, une durée d'un mois est idéale. Il faut en effet quelques jours pour s'adapter aux différences culturelles et au temps (qui peut parfois être très chaud), et pour apprendre à connaître les enfants. Mais plus d'un mois peut être "risqué" en ce qui concerne l'attachement!

Les missions peuvent être très variées, certaines personnes sont venues au foyer de Lucknow en groupe pour faire des activités et spectacles avec les enfants. D'autres personnes viennent seules pour donner un coup de main ponctuel. Mais en tous cas, beaucoup de choses sont possibles, ce foyer étant encore assez récent!                                   

10346469_10202622106967912_8737081344336274312_n.jpg

Des projets autour du sport, de la communication (expo photos, actions de financement, etc), d'activités artistiques sont les bienvenus!              

 

                                                                                 

 

 

 

N'hésitez pas à contacter Father Swanoop si vous etes intéressés (dons, bénévolat, projets...), qui est le directeur actuel du foyer! 

 

E-mail: dbashalayamlucknow@gmail.com; swanoopdev@gmail.com
Facebook: Ashalayam Lucknow
Website: http://donboscoashalayam.org
Blog: http://dbashalayamlucknow.tumblr.com/

10372316_10202622039326221_6804562904256996053_n.jpg

 

 

13/05/2014

Le projet Asha Kiran- Rayon de l'espoir

IMG_9676.JPG

Dernier article de cette série sur ma visite à Ashalayam Lucknow en mars dernier avec le projet Asha Kiran, lequel vise des jeunes filles issues des bidonvilles et ayant sombré dans la prostitution légère pour la plupart ou victimes de mariages précoces.

Lire la suite

Des nouveaux foyers à Kanpur

DSC01554.JPG

Zoom sur le projet phare d'Ashalayam Lucknow cette année, la construction de deux nouveaux foyers dans la ville de Kanpur;

4e article de la série consacrée à Ashalayam Lucknow. Bonne lecture à tous !

Lire la suite

Place au sport à Ashalayam Lucknow !

 

DSC01559.JPG

3e article de la série consacrée à Ashalayam Lucknow avec un focus sur le sport !

Lire la suite